Recrutement, et voilà la reconnaissance faciale !

On s’en doutait et çà se confirme à la lecture de l’article de Pablo Maillé sur le site Usbek & Rica du 02.10.19 : les algorithmes de l’Intelligence Artificielle qui analysent les expressions faciales font leur apparition chez les recruteurs.

Recrutement, et voilà la reconnaissance faciale !

Des algorithmes de plus en plus intrusifs

On aurait pû croire (naïvement !) que l’on en resterait à une analyse sémantique des C.V. et autres lettres de motivation. Tout cela va bien entendu demeurer, mais le Royaume Uni a franchi une étape voilà déjà deux ans où la pratique est entérinée par de grands groupes comme Unilever. Idem en Corée du Sud.

Nos expressions faciales, nos mimiques sont enregistrées et analysées pour savoir si nous sommes bien celui que nous prétendons être. Avantages ? Un traitement de masse des candidatures, optimisé sous couvert d’affiner les critères de sélection ! Avec l’idée sous-jacente que l’on peut ainsi se prémunir des biais cognitifs “trop humains” et mieux identifier les bons candidats sur des bases scientifiques. Pourquoi pas ? mais à la condition de pouvoir analyser les fameux algorithmes…

Pour des recrutements fossilisant

Le risque évident est le formatage du profil des candidats. Certes dans un souci d’intégration rapide, les recruteurs ont parfois tendance à privilégier les candidats « plug & play ». Ceux qui connaissant les produits, le marché, seront opérationnels immédiatement. Les ordres de mission confiés aux chasseurs de têtes sont la plupart du temps en ce sens. Cela rassure le chef d’entreprise !

Mais cela va à l’encontre de la diversité qui est source de richesse en entreprise : des profils différents, originaux vont pouvoir contribuer au renouvellement des pratiques au sein de l’entreprise.

A une époque de disruption, où la durée de vie des business models est de plus en plus courte, quel intérêt pour ce type de conformisme ? Il faut savoir panacher les équipes en introduisant des profils avec un autre regard sur les sujets à traiter ou de nouvelles pratiques .

Nul doute que les candidats, avertis de l’utilisation de ces algorithmes, sauront vite s’adapter et apprendre à contrôler leurs expressions faciales ! L’avenir nous dira jusqu’où l’on peut tromper l’Intelligence Artificielle lors des entretiens d’embauche…

Pour l’instant chez ZSphere, nous nous contentons de mettre à disposition des recruteurs un outil de sourcing puissant qui optimise la sélection des candidats sur des critères pré-définis : Zoho Recruit, qui laisse encore de la place à l’intelligence humaine.

On sera d’ailleurs avec Zoho au prochain salon Unleash les 22 et 23 octobre à la Porte de Versailles pour le présenter ! 

#Recrutement #ATS #IA #ZohoRecruit #ReconnaissanceFaciale #Zoho #ZSphere

2019-10-15T09:21:37+01:0015 octobre 2019|Conseils Zoho, CRM, Zoho Recruit|